Blog DNMAD — G R 1

Switch

Affiche du festival Switch
Musiques expérimentales à Vanves

Comment penser et concevoir autrement l’usage du numérique : voici un point commun entre musique et graphisme. Les étudiants sont invités à détourner et expérimenter des techniques d'invention d’images sans recours aux logiciels de PAO.

Julia Icona News

Icona, revue théorique fictive sur les arts visuels
Julia von Dorpp

Icona n#1 est une revue théorique qui propose l'interprétation d'images et l'analyse de leur complexité. Pour illustrer le propos des auteurs (Barthes par exemple), j'ai décidé de mettre en œuvre un protocole pour générer beaucoup d'images. Les images sont tirées du site de la National Gallery of Arts à Washington. Le site offre une visite immersive dans le musée. Les textures et les couleurs sont transcrites via un écran qui altère leurs propriétés par de la pixellisation. Les images sont ouvertes dans le logiciel TextEdit. Ainsi elles se révèlent dans leur vraie nature. Une nature numérique que nous ne pouvons percevoir.

Couleurs

Les couleurs de nos souvenirs
DNMADe 1ere année

Écrire et décrire un souvenir de l’enfance ou de l’adolescence où la couleur a joué un rôle important. Lorsque vous convoquez ce souvenir, comme le dit Pastoureau, vous opérez une mise au net, une tentative de mise en couleurs. Vous en clarifiez les lignes, les formes, les contours. Vous réaliserez un nuancier coloré à partir de couleurs, couleurs matières, extraites de photos de magazines abstraites. Contraste de quantité, de qualité. Vous chercherez à retrouver ces couleurs en les peignant en aplat par un mélange subtil des couleurs primaires, du blanc et du noir. Une composition abstraite sera réalisée par la suite avec les rapports de quantité de couleurs liés au souvenir.

Rozenn Uguenn 2

ROZENN UGUENN,
Espace Rambouillet, Poster Souvenir

Les activités du Parc de Rambouillet sont nombreuses: gestion et commerce du bois, organisation de chasses, accueil des publics, sensibilisation, activités de loisirs, spectacles de fauconnerie, etc.. Afin de connectées toutes ces données, j’ai réalisé un dépliant type carte routière. Avec cet outil didactique, j’ai essayé de traduire l’ensemble des activités de l’Espace Rambouillet. Pour cela, j’ai utilisé le langage graphique de l’identité visuelle que j’ai effectué pour l’espace Rambouillet afin de créer une unité graphique pour la totalité de la charte graphique. J’ai choisi comme scénario d’usage, un poster-souvenir à acheter à la boutique, à la fois ludique et esthétique qui permettra aux visiteurs de repartir avec une partie de l’Espace Rambouillet.

Jeanne Cuendet 2

Jeanne Cuendet,
Découvrez-moi

Dimensions
outils didactiques pour les mécènes

Technique
Impression numérique sur papier 210 g Reliure dos carré collé sur deux côtés

Découvrez-moi est un strip-tease littéraire invitant le lecteur à effeuiller le livre et à dévêtir le sujet. Découvrez-moi est un livre dont on ne peut accéder aux pages que si elles sont déchirées petit à petit. Il questionne le corps humain et plus spécifiquement ce qui l’habille. Le titre est à mettre en relation avec, non seulement, le contenu du livre mais également l’expérience de lecture. On découvre à la fois les pages en les déchirant une à une et le mannequin dont les vêtements servent de rempart à la nudité. En effet, le mannequin, d’abord très habillé, se dévêtit au fur et à mesure du temps.

Découvrez-moi n’a de sens que par ses lecteurs. Il évolue et prend forme sous leur regard. Il devient ainsi un système de signes iconiques. Or, “[...] un système de signes verbaux ou iconiques est une réserve de formes qui attendent du lecteur leur sens [...]” selon Michel de Certeau dans son texte Lire: un braconnage. Le sens n’est produit qu’au contact des lecteurs et peut, par conséquent, être perçu de manière totalement différente en fonction de chacun. Alors, à vous de découvrir quel sens vous donnerez à ce livre.

Dessine moi la ville !

DNMADE
DG 1 2018—19,

Dessine-moi une ville imaginaire !

Dispositifs collectifs
Réalisés par les étudiants et mis en place avec des élèves de primaires :
Groupe 1
Groupe 2
Groupe 3
Groupe 4
PHD in Gommettes
Decaro
JBL
Mimauju

Organisation
Damien Laverdunt
Yann Aucompte
Sylvain Ciavaldini

Les étudiants de DNMADe graphisme de Sèvres ont mené durant le mois de février un atelier sur le thème de la ville imaginaire avec les élèves de CP de l’école Gambetta A à Sèvres. Pour permettre aux élèves d’inventer et de dessiner leur ville, les étudiants ont proposé plusieurs règles de jeu basées sur l’utilisation d’outils d’impression comme le tampon ou le pochoir. Une fois un principe de jeu adopté, les écoliers ont pu construire d’étonnantes architectures, élever de merveilleux châteaux, faire émerger des cités fictives et ainsi bâtir différentes histoires. L’exposition qui s'est tenu du vendredi 22 mars au dimanche 24 mars à la Galerie Loubat, elle a retracé le déroulement et le résultat de cet atelier.

Ec(h)o: Compte rendu semaine 1

Première semaine de travail sur le projet de médiation "Ec(h)o".

Accompagné de Matthieu Marchal, directeur des chaudronneries, qui nous a été d'une aide précieuse, nous guidant par des exercices de médiation, et d'animation d'atelier. Dans un esprit de "design thinking", nous avons effectué une réflexion approfondie sur notre sujet et ses enjeux, puis les dispositifs à réaliser en fonction de ces contraintes. Avec une meilleure compréhension du sujet, nous avons donc pu ensuite, passer à des propositions plus concrètes.

Nous avons également pu rencontrer Isabelle, membre de Belugames, éditeur de serious Games, qui nous a fait découvrir quelques uns de leurs jeux, menés à des fins de cohésion d'entreprise, de prise de parole chez les adolescents etc...

Notre rôle au sein de l'atelier sera d'informer les étudiants à leur arrivée et de définir une scénographie plus globale de l'espace. Nos premières idées consistent à changer la forme traditionnelle du panneau didactique, en l'accrochant telle une grande teinture. Cela permettrait également de séparer notre espace du reste de la salle, afin d'éviter que les étudiants n'aient pas déjà le regard attiré par le foisonnement des autres propositions d'activité qui vont suivre.

 

De plus, nous souhaiterions que les étudiants ne soient pas passifs lors de leur lecture, ainsi un dispositif participatif est à imaginer. Des mots clés retenus à noter sur chaque énergie pour en reconstituer un grand panneau ? Ou des espaces à compléter ? Un quizz ?

 

A suivre...

Le jeu sérieux by Les Gameurs ( Florian, Léa, Pauline, Salomé)

Pauline

LUNDI 6 JANVIER

Aujourd’hui les professeurs nous ont présenté les enjeux du sujet et nous avons commencé un cours théorique sur le design social. Nous avons découvert un certain nombre de collectifs et d’ateliers qui s’intéressaient à cet aspect là du design. Nous en avons également appris plus sur les situations dites « collectives » et sur la facilitation graphique.

MARDI 7 JANVIER

Rencontre avec Matthieu Marchal (membre de la résidence Les Chaudronneries) autour de la médiation par le design.

La « situation collective » :

– Discuter

– Dialoguer

– Ecouter

– Critiquer

Nous avons poursuivit notre journée par la visite du SEL (Sèvres Espace Loisirs) où aura lieu l’événement.

JEUDI 9 JANVIER

Ce matin nous avons eu droit à un Brief avec Matthieu Marchal afin de faire avancer le projet! Nous émettons un certain nombre de problématiques et de propositions relatives au sujet. Le fait de discuter ensembles nous permet de mieux comprendre les enjeux du sujet.  Une certaine émulation des idées se créée…

Cette après-midi nous avons testé des jeux sérieux avec Isabelle de la maison d’édition de jeux Belugames. Isabelle nous a fait tester différents jeux dont les dispositifs nous ont plus ou moins inspirés pour la création de notre jeu.

MARDI 14 JANVIER

Aujourd’hui nous avons reçu la visite des membres de l’association Imhotep. Il nous a été demandé de réaliser une vulgarisation scientifique d’une conférence sur la psychomotricité et développement de l’enfant menée par Ana Phelipeau.

Nous avons ensuite écouté une autre conférence menée par Marion Voillot sur la petite enfance et le numérique.

 

L’après-midi il nous a été demandé de concevoir des messages santé pour des personas. Nous avons donc tous proposé une illustration et nous avons ensuite présenté nos choix graphiques à l’ensemble de la classe.

JEUDI 16 JANVIER

Recherche individuelles d’hypothèses divergentes. Nous avons réfléchi à la forme du jeu, à la manière qu’auraient les usagers d’interagir entre eux, et à son esthétique. A la fin de la journée nous avons émis 3 axes différents :

  1. La campagne électorale
  2. L’univers du conte
  3. L’univers sportif.

Nous avons ensuite exposé nos différents axes à l’ensemble de la classe et à l’aide d’un vote démocratique nous avons décidé à l’unanimité de nous orienter vers l’univers sportif. Cet univers rassemblait un certain nombre de caractéristiques et de principes qu’il serait intéressantes à intégrer à notre jeu.

LUNDI 20 JANVIER

Aujourd’hui il nous a été demandé d’organiser un débat faisant participer l’ensemble de la classe (toutes sections confondues). Nous avons donc réfléchis ensembles à un certain nombre de dispositifs de médiation afin d’animer ce débat. Le débat a donc tourné autour des questions que se posaient les étudiants vis à vis du projet dans sa globalité. Il a été intéressant de constater que les participants du débat avaient des points de vu divergents sur le sujet. Nous avons essayé de mener ce débat avec des techniques permettant d’éviter toute forme de violence verbale.

Nous avons utilisé des post-it de couleurs différentes :

– VERTS : Solutions

– ORANGES : Questions

La majeure partie des questions émises par les participants du débat tournaient autour de l’intégration des élèves de « texture » au sein de l’événement. Nous avons ensuite cherché des solutions afin d’avancer tous ensembles.

À la suite de ce débat, nous avons avancé le cours théorique sur le Design Social

MARDI 21 JANVIER

Aujourd’hui nous avons effectué des recherches graphiques sur l’identité graphique du jeu. Pour cela, il nous a été proposé de réaliser des maquettes en 3D montrant les différents espaces et la forme que ceux-ci allaient prendre au sein du jeu.

Nous avons tous eu des idées différentes ce qui nous a permis ensuite de faire une synthèse des idées émise et de savoir vers quoi nous allions nous orienter par la suite.

JEUDI 23 JANVIER

Ce matin, nous avons effectué des recherches graphiques sur l’identité du jeu individuelles. Nous avons tous émis des propositions différentes et nous avons ensuite effectué une mise en commun afin de savoir quelles idées nous conserverions ou non.

 

 

 

Cette après-midi, nous avons fait tester notre jeu à M.Vasseur, notre professeur de SVT. Les éléments sont donc testés en situation de jeu. Nous avons observé un certain nombre de blocage et d’incompréhension et avons décrété à l’unanimité qu’il faudrait simplifier certains intitulés et certaines règles du jeu.

LUNDI 27 JANVIER

Suite du cours théorique sur le catalogue de lettres et sur l’histoire de la typographie

MARDI 28 JANVIER

Aujourd’hui nous avons commencé par effectuer une réunion durant laquelle nous avons évoqué les différentes taches et missions que nous aurions à effectuer dans les jours à venir. Ainsi chacun savait de quelle manière et dans quelle mesure il pourrait faire avancer le projet.

Nous avons choisi de commencer par la création d’illustrations qui viendraient illustrer les intitulés des cartes « négociation » du jeu. Nous avons décidé de travailler en bichromie à partir des couleurs que les élèves de la spécialité « édition » avaient choisi (soit le bleu ciel et le rouge primaire).

Chacun d’entre nous avait entre 4 et 5 illustration a réaliser que nous avons ensuite glissé dans un dossier sur le « drive » du groupe.

JEUDI 30 JANVIER

Aujourd’hui, très grosse journée de travail ! Nous avons commencé par effectuer une réunion en début de matinée où nous avons évoqué les différents éléments sur lesquels il nous faudrait réfléchir au cours de la journée.  Nous avons ensuite réparti au sein du groupe les différentes missions. Léa s’occupera des cartes « innovations », Florian du « panneau de la nature » (maquette et esthétique), Salomé du plateau de jeu et Pauline des cartes « négociations ».

Afin que le jeu reste cohérent, il nous faut, pour le simplifier, tenir compte d’un certain nombre de paramètres :

Nous avons également pris connaissance des différentes typographies qu’il nous faudrait utiliser pour le jeu :

  • 1 typographie « effet scotch »

 

 

  • 1 typographie nommée « fouders grotesk » (fonctionnaliste)

 

 

 

À la fin de la journée nous avions notre première maquette « grandeur nature » de carte innovation. Nous avons choisi de créer des panneaux « homme sandwich » que Florian a crée à l’aide de cartons et de sangles.

 

Nous avons également commencé à émettre des hypothèses d’esthétique pour les cartes négociations :

 

LUNDI 3 FÉVRIER

Aujourd’hui nous avons commencé notre journée en effectuant une grosse réunion d’équipe. Avant de partir en vacances, il nous a paru judicieux de se mettre au clair sur un certain nombre de points. Nous avons notamment réparti les taches entre les différents membres. Par ailleurs, nous avons rédigé les différentes questions qui composeraient nos enquêtes « support » et « cible ».

Dans la soirée, Léa a posté notre enquête « cible » sur Instagram, et nous avons reçu un total de 100 réponses !!

MARDI 4 FÉVRIER

WORKSHOP MENUISERIE : LA THÉORIE

Aujourd’hui nous avons eu la chance de recevoir Stanislas Rak, menuisier et scénographe. Avec lui nous avons défini les différentes motivations qui allaient orienter notre travail. Il nous a expliqué qu’en scénographie le contenu devait toujours primer sur le contenant. Nous nous sommes ensuite posés un certain nombre de question relatives à notre projet de construction : Quels travaux seraient exposés ? Quels médias ? Quelle médiation ? Chacun d’entre nous a donc du choisir les projets qu’il souhaitait exposer et a du trouver des dispositifs de médiation. Nous avons effectué des dessins techniques utilisant la perspective axonométrique afin de représenter nos espaces d’exposition avant de passer à la réalisation d’une maquette à l’échelle. Pour la réalisation de cette maquette nous avons utilisé des matériaux simples, mais efficaces dans ce cas de figure tels que du carton, des pics à brochette et du papier de couleur. La maquette nous a permis de nous rendre compte de la répartition des différents éléments exposés au sein de l’espace d’exposition.

JEUDI 6 FÉVRIER

WORKSHOP MENUISERIE : LA PRATIQUE

Aujourd’hui nous nous sommes lancés dans la création de nos dispositifs scéno-« graphiques ». L’objectif est de créer une cimaise, permettant de délimiter des espaces et d’afficher des éléments. Pour cela, nous avons commencé par couper des tasseaux de bois à la bonne taille à l’aide d’une scie. Nous avons ensuite utilisé une perceuse, une vicieuse et une fraiseuse afin de fixer les différents tasseaux entre eux et de former la cimaise. Le résultat final est intéressant car il s’agit d’un dispositif simple mais ouvrant un large champ des possibles. En effet, celui ci propose un certain nombre de déclinaisons au niveau de la médiation.

SAMEDI 8 FÉVRIER

La semaine de travail se prolonge ! (et oui! ici on bosse même le week-end!) Nous avons convié certains de nos amis afin de réaliser notre enquête « support ». Pour cela nous leurs avons proposé de jouer à un jeu de société et nous avons rapporté leurs moindres faits et gestes. Nous avons ensuite procédé à une analyse et déterminé en quoi cette enquête pourrait nous faire avancer dans notre projet.

VENDREDI 14 FÉVRIER

Tandis que certains fêtent la St Valentin, chez les gameurs, l’heure est à la réunion. En effet alors que nous sommes en pleines vacances dans nos régions respectives, une visioconférence s’imposait. Nous avons ainsi pu nous mettre au clair les tâches qui nous restait à effectuer durant la fin des vacances!

A l’issu de cette visioconférence (qui a duré tout de même 2h) nous avons émis un certain d’élément à modifier, notamment les cartes « passage en force », « rapport scientifiques » et « articles alarmants »

 

MARDI 25 FÉVRIER

C’EST LA DERNIÈRE LIGNE DROITE !!!

Nous imprimons les éléments papier(sur A4 et sur A1), nous les massicotons, nous construisons les panneaux « homme sandwich »… Bref, nous n’avons pas une minute à perdre! Nous nous occupons également d’acheter les derniers éléments et nous réfléchissons à l’aspect de nos « jauges » indicatives de l’empreinte de la main d’oeuvres, celles-ci se trouvant sur le panneau de la nature.

 

JEUDI 27 FÉVRIER

AUJOURD’HUI C’EST LE GRAND JOUR !!!

Aujourd’hui c’est le grand jour ! Nous recevons la classe de DNMADE 1 au sel pour notre grande journée débat sur les énergies. Ce matin réveil à 6h30 (ça pique) afin d’arriver à 7h30 au SEL pour tout installer.

La préparation

Il nous a fallut installer tout les éléments d’exposition et pour nous, les gameurs, réaliser notre « plateau de jeu » au scotch à même le sol.

L’accueil des étudiants et l’intervention des textures avec leur « fabrique du détournement »

Pendant toute la journée, les élèves en « édition » ont pratiqué la « facilitation graphique » permettant de faire état de tout ce qui se passait au cours de la journée.

Un petit gouter était mis à la disposition des étudiants et des enseignant! (les plus gourmands ont su en profiter!)

À l’aube de cette journée, Matthieu Marchal a effectué une présentation de la journée aux étudiants et les a invités à passer à l’atelier suivant.

Exposition

Dans cette étape, les étudiants étaient invités à se documenter au sujet des énergies à l’aide de panneaux que nous avons réalisé.

Documentation

Dans cette phase, les étudiants devaient enrôlé leur personnage (entreprise, ingénieur, consommateur, militant, pouvoir public, start-up) et se documenter afin de pouvoir défendre leurs convictions respectives.

(Certaines sont très motivées à défendre leurs intérêts!)

Slogan

Maintenant il faut que les équipes réalisent leur tifo et définissent leur slogan !

Après avoir scandé nos slogans respectifs, nous sommes partis en pause déjeuner.

Le Jeu

C’était maintenant le moment de notre grand jeu ! Nous avons commencé avec un premier tour portant sur l’habitation! Tout s’est bien passé grâce à nos super médiateurs Léa et Florian ! Même si du côté de la « nature » nous étions en plein effervescence et en plein « rush » pendant toute la partie.

  • Innovation

  • Négociation

  • Révélation de la jauge « empreinte »

Nous sommes ensuite passé au second tour portant sur l’alimentation

  • Innovation

  • Négociation

  • Révélation du panneau nature

  • Fin du jeu et explications

Voila, c’est donc la fin de ce projet ! À l’issu de cette journée nous avions fini une partie (et pas des moindres) du projet ! Il ne nous reste plus qu’à réaliser notre mémoire faisant état de l’ensemble de nos recherches, enquêtes et réflexions sur le sujet.

C’est donc là que s’arrête le blog ! À bientôt pour de nouvelles aventures ! 🙂

Léa

Semaine 1 : Comprendre les enjeux du projet

Matthieu Marchal, médiateur par le design et membre de la résidence Les Chaudronneries, est venu nous transmettre ses connaissances et compétences sur l’animation de débats. À la manière d’un « design thinking », nous avons tous ensembles réfléchi aux enjeux que représentent notre débat, tant d’un point de vue de finalité que de dispositif à mettre en place. Cela nous a ainsi permis de mieux comprendre et analyser les points problématiques que posent ce sujet.

Par la suite, nous avons rencontré Isabelle Bapteste, game designer et co-fondatrice de Belugames, entreprise de jeux sérieux. Elle nous a fait jouer à différents jeux afin de nous montrer quelles peuvent être les différents types et finalité des jeux sérieux. Nous avons ensuite refléchis à différents dispositifs de médiations que nous pouvions mettre en place pour animer notre jeu.

Semaine 2 : Workshop et prise de décision

En début de semaine, nous avons rencontré Marion Voillot, Ana Phelippeau et Pauline Martino, membres du collectif « Premiers Cris ». Elles nous ont présenté leur travail et nous avons du les retranscrire graphiquement, à la manière d’une facilitation. Par la suite, il nous a été demandé de créer des affiches sur différents thèmes, chacun portant sur le bien être des jeunes enfants. Ces affiches pourront éventuellement être affichées dans des crèches ou centres de pédiatrie.

Nous avons ensuite réfléchi à différents scénarios de mise en scène du jeu. Nous avions pensé à trois thèmes différents : celui du conte, celui de l’univers sportif et celui du débat politique. Pour qu’il y ai une cohérence avec les autres pôles de cette journée de débat, notamment celui des tifo, nous avons opté pour le thème du sport.

 

Semaine 3 : Dans la peau d’un médiateur 

Pour bien commencer la semaine, nous avons organisé un débat sur le projet dans sa globalité. Nous avons incarné le rôle des médiateurs et, par le biais de différents dispositifs, nous avons demandé à la classe de discuter sur le projet, poser des questions et essayer de proposer des solutions aux éventuels problèmes rencontrés. Cela a permis à chaque étudiant de s’exprimer mais aussi de cibler les choses sur lesquelles il était important de communiquer et travailler. Ce travail de médiation nous a permis également de comprendre plus concrètement les enjeux de notre projet.

Nous avons ensuite, individuellement, conçu des maquettes afin de réfléchir de manière plus concrète aux jeu sérieux et à son plateau.

Puis, toujours individuellement, nous avons imaginé en PAO des chartes graphiques pour nos maquettes respectives. En fin de journée, nous avons convié Mr. Jean-Claude VASSEUR, professeur de sciences à tester notre jeu. Il a pu nous apporter des éléments scientifiques et son regard extérieur nous a également permis de cerner les parties à modifier.

 

Semaine 4 : La conception graphique

Cette semaine a été rythmée par différentes réunions qui nous ont permis de bien nous répartir le travail afin d’être le plus efficaces possible. Nous avons commencé par mettre au point un style graphique pour les illustrations des cartes innovations. Nous avons choisi un dessin à la ligne claire avec des formes géométriques superposées d’aplats avec un grain style risographie. Les couleurs avaient été choisies par les membres du parcours édition. Nous avons chacun réalisé 4 ou 5 illustrations.

Les jours suivants, nous avons chacun des tâches différentes : Florian a réfléchi au panneau de la nature avec un logiciel de conception 3D, Pauline a mis au point les cartes négociation, Salomé s’est occupé du plateau de jeu ainsi que de la mise en page des règles et pour ma part, j’ai retouché les illustrations et mis en page les cartes innovations. À la fin de la journée, Florian a pu réaliser un premier test de panneau « sandwich » des cartes innovation.

 

Semaine 5 : Workshop et enquêtes 

Nous avons commencé la semaine par une grosse réunion afin de préparer les vacances et mettre au point les rôles de chacun pour l’écriture du mémoire. Nous avons également rédigé nos questionnaires sur les différentes enquêtes que nous avons à mener. Pour l’enquête sur le support, nous avons choisi d’observer des jeunes (entre 18 et 25) jouer à un nouveau jeu de société. Nous avions comme ambition de relever différents éléments comme leur temps de compréhension ou encore leur état d’esprit avant et après le jeu. Nous avons également imaginé les questions que nous pourrions poser pour notre enquête sur la cible : les jeunes et leur rapport aux jeux de société. Nous leur avons par exemple demandé la fréquence à laquelle ils jouaient, le nombre de jeux de société qu’ils possédaient ou encore leur style de jeu préféré (cartes, plateau, dés…). Afin de rassembler un maximum de réponse, nous avons choisi de poster l’enquête sur mon compte Instagram en précisant évidemment l’âge minimum et maximum de la cible. Grâce à cela, nous avons pu récolter plus de 100 réponses ! En voici quelques unes :

La suite de la semaine a été rythmée par un workshop menuiserie avec Stanislas Rak, menuisier et scénographe. Après avoir conçu des maquettes et imaginé des espaces d’exposition pour les journées portes ouvertes, nous avons pu passer à la pratique. Pendant une journée complète nous avons mesuré, scié, fraisé, percé et vissé des tasseaux de bois pour créer des cimaises. Ce sont des dispositifs permettant d’accrocher des oeuvres. Voici quelques images de cette journée :

Nous avons fini la semaine par mener à bien notre enquête sur le support. Nous avons alors rassemblé 4 jeunes d’une vingtaine d’années et je leur ai appris à jouer à un jeu de carte appelé la bataille norvégienne. Ils ne connaissaient pas ce jeu donc nous avons observé toutes leurs réactions. Cela nous a permis de comprendre comment mieux énoncer des règles à un public qui ne les connais pas et comment ce dernier réagit face à la nouveauté.

 

Semaines 6 et 7 : Des vacances pas si reposantes

Afin de nous organiser au mieux durant les vacances nous avons organisé plusieurs « conf call ». Cela nous a permis de mettre au clair la répartition de notre travail mais aussi réfléchir en groupe à l’organisation de la journée débat.

 

Semaine 8 : La dernière ligne droite

La journée de débat approche ! Nous avons alors commencé la semaine par terminer les dernières retouches puis tout imprimer et confectionner (cartes de jeu, panneaux…).

Le jour suivant, Matthieu Marchal nous a rejoint pour nous donner des conseils de médiation. Nous avons commencé la journée par quelques exercices d’improvisation. L’après-midi, nous nous sommes concentrés sur l’organisation journée : nous avons distribué des rôles à tous les médiateurs puis avons répété le programme de la journée.

 

Jeudi 27 Février

C’est le grand jour ! Nous nous sommes levés (très, trop) tôt pour tout installer dans le Sel avant que les étudiants de première année arrivent. Nous avons dû aller très vite et faire face à différents problèmes de dernière minute comme par exemple un manque de scotch pour notre plateau.

Les étudiants de première année sont arrivés à 9h et notre rôle de médiateurs a commencé. Le matin nous n’avions pas de mission précise si ce n’est les accueillir et finir nos panneaux de jauges pour la « nature » (ou biosphère). Florian et moi avons profité de ce moment pour répéter notre rôle de maîtres du jeu de l’après midi.



 

Après une pause repas et un brise, glace, le jeu a pu commencer ! Les joueurs ont pris leurs rôles très à coeur ce qui a assuré le bon déroulement de la partie. Globalement, nous avons réussi à les faire aller dans la direction souhaitée (celle de la négociation) et nos dispositifs ont bien fonctionné. Malheureusement, par manque de temps nous avons pu effectuer seulement deux tours de jeu au lieu de trois. Cela n’a pas empêché les étudiants de comprendre le fonctionnement et l’enjeu de ce jeu, ce qui est le principal. Voici quelques photos de la partie :

 

Salomé

Mardi 7 janvier 2020

 Découverte du sujet

Matthieu Marchal, responsable des Chaudronneries de Montreuil, est venu nous présenter la commande : organiser une journée sur les énergies en mettant en oeuvre notamment un jeu débat. Cette journée aura lieu le 27 février 2020 au SEL à Sèvres.

Matthieu Marchal a commencé, à l’aide d’exemples, par nous expliquer en quoi consistait une situation collective. Il s’agit d’une situation où plusieurs personnes discutent ou réfléchissent ensemble sur un même sujet et sont guidées généralement par un médiateur qui distribue équitablement la parole. Ces situations peuvent prendre plusieurs formes : débat, discussion, jeu sérieux…

Nous nous sommes ensuite allés avec lui, au Sel, pour appréhender l’espace, prendre des photos et commencer à réfléchir à d’éventuelles mises en scène. Cette première approche du lieu nous servira par la suite à définir la taille du plateau de jeu et la disposition des éléments dans l’espace.

Nous avons en fin de journée défini ce que nous avions compris du sujet et les éventuelles contraintes de temps, d’espace, d’organisation et de réception du message par le public.

 

Jeudi 9 janvier 2020

 Analyse par le jeu

 

Matthieu Marchal est revenu nous voir pour analyser avec nous le sujet. Ensemble, nous avons défini les enjeux, les contraintes et les avantages de cette situation collective.

L’après-midi, Isabelle Bapteste, conceptrice de jeu à Belugames, nous a présenté différents jeux. Jeu de cartes, jeu de rôle, jeu de vitesse, jeu de réflexion, sont autant de jeux que nous avons testé au cours de l’après-midi. Pour chaque jeu, nous devions trouver les enjeux pédagogiques.

Nous avons fini par tester avec elle notre propre jeu sur les énergies. En jouant, nous avons été confrontés à de nombreuses difficultés de compréhension.  Ainsi nous avons eu un premier aperçu des éléments à modifier et à éclaircir pour simplifier le jeu : la phase de négociation est à préciser : pourquoi et comment les joueurs débattent-ils et défendent-ils leur innovation ? Ont-ils besoin réellement des cartes de négociation ?  Ont-ils besoin des cartes – passage en force ? …

 

Mardi 14 janvier 2020

Facilitation d’informations avec le collectif Premiers Cris

Mardi 14 janvier 2020, nous avons reçu trois membres d’un collectif de recherche collaborative sur l’utilisation du numérique par la petite enfance nommé Premiers cris. Cette association regroupe plusieurs chercheurs de différents domaines : des pédiatres, des psychomotriciennes, des médecins et des designers. Ensemble, ils créent une approche interdisciplinaire (éducation, santé, recherche) pour informer et accompagner les parents et les professionnels de la petite enfance.

Au cours de la matinée nous avons assisté à deux conférences de vingt minutes. La première conférence intitulée Développement psychomoteur de l’enfant : de la naissance à la marche, traitait des étapes par lesquelles chaque enfant passe pour apprendre à marcher. Ces étapes sont variables selon les enfants et leur environnement. La deuxième conférence l’éducation au numérique pour la petite enfance évoquait les recommandations délivrées aux parents pour appréhender le numérique avec leurs enfants. Pendant ces deux conférences il nous était demandé de retranscrire graphiquement les informations sur une feuille A3.

L’après-midi, nous avions à retranscrire graphiquement un message Santé à destination soit des parents soit des professionnels de la santé. Nous avions le choix entre plusieurs thèmes : l’alimentation, le langage, le développement moteur et l’éducation au numérique pour la petite enfance. Une fois le message choisi, nous devions le retranscrire graphiquement sur un format A3 avec, au maximum, trois images et le moins de mots possible.

Cette journée nous a permis d’approfondir le principe de facilitation : retranscrire graphiquement des informations. Elle nous a également permis de chercher des moyens de médiation avec des contraintes et un public donné.

Jeudi 16 janvier 2020

Une journée de recherche

Nous avons réfléchi à trois scénarios différents qui imposerait un thème et une esthétique à notre jeu-débat. Nous avions ainsi travaillé sur les thèmes du sport, de la politique et du conte. Nous avions retranscrit graphiquement sur des feuilles A1, les univers graphiques de chacun des thèmes et les éléments que nous pouvions exploiter.

Tous les didactiques se sont ensuite réunis pour établir l’esthétique et la mise en scène de la salle. Il a été décidé que des équipes seraient établies aléatoirement dès l’arrivée des participants. Il reste encore à définir comment différencier les équipes et le passage du pôle médiation au pôle Tifo. Le jeu-débat sera sur le thème du sport. Il a été évoqué que l’activité Tifo qui devait avoir lieu après le jeu s’effectuera peut-être avant car cette activité peut orienter le jeu.

Lundi 20 janvier 2020

 Des outils pour une prise de parole libérée et sereine

Nous avons organisé un débat au sein de la classe pour nous préparer au débat du 27 février prochain.  Le thème proposé était « comment améliorer l’esthétique et la mise en place du projet ?»

Afin de mener à bien cette situation collective, les médiateurs ont utilisé plusieurs outils de débat.

Les participants étaient positionnés en cercle afin que chacun puisse se voir.  Ils ont eu 3 minutes pour écrire sur un papier orange une question par rapport au projet. « Si les participants jouent un rôle dans le jeu alors cela signifie-t-il qu’ils ne donneront pas leur véritable avis ? », « Quand aura lieu l’atelier de texture ? », « En quoi consiste l’atelier tifo ?» sont autant de questions qui ont été posées.

Ces questions ont ensuite été placées au centre du cercle et classées en catégorie. Les médiateurs ont décidé de commencer le débat avec la catégorie « Texture ». Pour partager équitablement la parole dans le respect de chacun, un bâton de parole a été mis en place. Ce bâton prenait pour ce débat la forme de ticket. Tous les participants avaient cinq tickets dont un ticket de couleur. Le ticket rose était à utiliser obligatoirement par tous les participants. Les tickets blancs étaient ensuite utilisés par ceux qui voulaient ajouter d’autres choses. Pour instaurer le respect et l’écoute au sein du groupe, nous enlevions un ticket à toute personne qui coupait la parole ou que nous jugions trop agressive. Cette mesure n’a pas été appliquée avec ce groupe qui a fait preuve de qualité d’écoute. Chaque solution apportée à la question était inscrite sur un papier de couleur verte et déposé au centre du cercle.

Bouger pour mieux se positionner

Au bout d’une heure et demie nous avons mis fin à cet échange et nous avons proposé, en continuité de ce qui a été évoqué, un débat mouvant : si les participants étaient d’accord avec la réponse apportée, ils se plaçaient à gauche de la salle et s’ils n’étaient pas d’accord ils se plaçaient à droite de la salle. Les participants pouvaient également expliquer leur positionnement en utilisant leurs tickets de parole.

 

Mardi 21 janvier 2020

Une journée de recherche

Nous avons réalisé des maquettes du plateau de jeu en définissant des éléments graphiques et en séparant les différentes phases de jeu.

 

Jeudi 23 janvier 2020

 Une esthétique à concevoir

Nous avons chacun commencé à concevoir trois axes qui définissait la typo, les illustrations, les formes, les échelles et la mécanique de jeu.

L’après-midi nous avons joué de nouveau au jeu avec notre professeur de science. Il nous a aidés à définir ce qui était pertinent et cohérent au sujet des énergies et des innovations.

 

Mardi 28 janvier 2020

Définir l’esthétique graphique

Nous nous sommes réunis avec tous les groupes de didactique pour définir une esthétique commune. Il a été décidé que la typographie des titrages serait réalisée avec du scotch de couleur puis scanner. La typographie des textes se ferait avec du founder grotesque. Les traits des illustrations seraient simples et épais.

Notre groupe a ensuite défini l’esthétique des cartes de jeu. Nous avons emprunté les couleurs que les éditions ont élaborées pour le journal mural afin de garder une cohérence graphique pour la journée du 27 février. Ainsi toutes les illustrations sont réalisées en bleu clair et rouge. Les textes sont écrits en rouge.

A la fin de la journée nos dix-huit illustrations étaient réalisées avec un trait épais.

 

Jeudi 30 janvier 2020

Une journée productive

Nous avons mis au point le dispositif du comptage des points. Ce panneau comportera un affichage semblable au comptage des points au tennis et les jauges seront fixées sur les côtés, coulissantes et modifiables facilement. Les participants seront transformés en hommes sandwichs et porteront leur carte innovation et leurs énergies. Ces cartes seront détachables pour être modifiables et échangeables entre les équipes et à chaque tour. L’esthétique des symboles énergiesa été définie par le groupe tifo et sera adaptée si besoin pour les cartes. L’esthétique des cartes « lois de la nature », « négociation » et « article alarmant » a été ensuite définie. Les cartes négociation laisseront plus de liberté que les carte de départ. Enfin, il a été décidé que le plateau de jeu serait une piste de course et que la phase « négociation » serait un ring de boxe.  Le ring ne sera que suggérer graphiquement. Un panneau rappellera les principales règles. Il y aura également un panneau par phase pour expliquer rapidement le déroulement des phases.

 

Mardi 4 février 2020

Un workshop menuiserie

Nous avons reçu Stanislas Rak, designer et menuisier, généralement chargé de la scénographie d’événement. Il est venu nous aider à préparer la scénographie des porte ouvertes. Dans un premier temps il nous à demander de choisir 3 projets qu’on aimerait présenter. A partir de ces trois projets nous devions concevoir un scénario de scénographie. Cela consistait à trouver un lien entre nos trois projets et à s’en servir pour définir un scénario de lecture. Pour nous aider à trouver ce scénario nous pouvions choisir un titre à notre installation.

Il a ensuite défini l’espace d’exposition que nous aurons le jour des portes ouvertes. Ainsi, nous aurons un espace de quatre m2chacun pour présenter nos projets. Cet espace sera délimité par deux panneaux en bois installer en angles de deux mètres de large sur deux mètre dix de haut. Ces panneaux ne seront pas opaques et ne serons constituer au centre que de trois planches horizontales et une planche verticale pour maintenir la structure. Enfin, une fois notre scénario de lecture mis en place et les contraintes des panneaux explicité, nous devions concevoir une maquette afin de mieux visualiser le résultat final.

 

Jeudi 6 février 2020

Stanislas Rak est revenu pour nous aider à monter les structures en bois où nous disposerons nos projets. Nous avons commencé par scier les planches à la taille voulu. Nous devions obtenir trois tailles différentes de planche. Nous avons ensuite percé des trous aux extrémités de ces planches pour pouvoir par la suite viser les planches entres elles. Enfin, nous avons assemblé les structures en fixant les planches entre elles. Les structure que nous avons montée seront également, pour certaines d’entre elles, utiliser pour la journée débat du 27 février.

 

Florian

SEMAINE 1 ― Présentation du sujet

Nous avons débuté le projet avec la présentation du sujet le Lundi 6 Janvier. Ce projet commandité par Mathieu Marchal des Chaudronneries de Montreuil consiste en l’organisation d’un débat et de sa médiation pour les DNMADe 1ère année. Pour mener à bien ce débat les parcours édition et didactiques ont été séparés en petits groupes chargés d’une tâches pour chacun d’eux. Pour mon groupe constitué de Léa, Pauline, Salomé et moi même il s’agit de la médiation du groupe DNMADe 1 et mise la en place d’un Jeu Sérieux. Nous avons donc débuté par un Workshop le Mardi 7 en compagnie de Mathieu Marchal. En tant que médiateur aux Chaudronneries ils nous appris (étudiants en didactiques) les rudiments de la médiation. Durant une partie de l’après midi il nous a donc parlé de ces expériences en ce domaine et nous a conseillé sur des manières de conduire un débat non violent, un débat durant lequel personne n’est agressé ou négligé. La journée de débat se déroulant au Sel, de Sèvres nous avons donc visité dans la foulé les lieux afin d’en prendre connaissance et pouvoir mieux s’approprier les lieux par la suite. Nous avons poursuivi cette médiation le Jeudi 9 toujours avec M. Marchal ou nous avons mis en commun nos premières recherches et questionnement sur le lieux et la journée du débat. Nous avons lors de cette matinée appliqué quelques techniques de médiations pour optimiser notre avancé dans la compréhension du projet.

Nous avons poursuivi cette journée Workshop avec la venu de Isabelle Bapteste de Belugames, une société spécialisé dans la conceptions de Jeu Sérieux des jeux le plus souvent de société visant à mettre en évidence et de permettre des discussions sur des sujets de société. Nous avons alors joué à plusieurs jeux visant pour chacun d’eux à nous sensibiliser à un sujet ou une problématique en groupe. Nous avons alors achevé la journée en jouant au jeu de rôle que nous allions devoir présenter au DNMADe 1. Cette partie de jeu nous a permis de mettre en lumière les points forts et points faibles de ces derniers, pour pouvoir ensuite améliorer ce dernier.

SEMAINE 2 ― Recherches

Mardi 14 Janvier nous avons reçu dans le cadre d’un workshop la visite de l’association Premiers CRIS, un groupe de quatre femmes qui de manières différente travaillent sur l’accompagnement de la petite enfance par la solution du numérique. Nous avons dans un premier temps étudié l’évolution de la technique de la marche dans la très petite enfance. Ensuite nous avons poursuivi par la présentation des problématiques autour de la pédagogie dans la petite enfance et du numérique. Nous avons dû ensuite faire de la facilitation de nos prises de notes et donc illustrer et mettre en page nos prise de note afin de les rendre plus attractive.

Nous avons poursuivi la journée en continuant ce travail de facilitation graphique en ciblant cette fois non pas des prises de notes mais des messages pédagogiques à présenter et à défendre.

Le Jeudi 16 nous avons entrepris individuellement des recherches sur la forme que le jeu prendra. Nous avons alors développés des axes pour le jeux tels que le thème du sport, du débat télévisé, du conte fantastique etc…

Nous avons achevé cette journée par un mise en commun.

SEMAINE 3 ― Recherches

Cette semaine débute le Lundi 20 Janvier par l’organisation d’un débat par notre groupe. Nous avons alors réinvesti tout les apports de Mathieu Marchal pour conduire au mieux ce débat avec nos autres camarades de classes. Nous avons donc eu à quatre les rôles de médiateur durant cette après midi. Ce débat autour de la compréhension globale du projet nous a permis de relever des points importants, comme la place du parcours texture durant la journée au sel.

Mardi 21 nous avons repris le projet en menant des recherches individuelles sur l’aspect esthétique et formelle de notre jeu. Nous avons cherché chacun de notre côté comment retranscrire au mieux ce thème sélectionné sur sport sur notre espace de jeu. Nous avons alors fait des maquettes en volumes que nous avons en fin de journée mis en commun et déterminer ce qui fonctionnerait le mieux.

Jeudi 23 nous avons fait tester notre jeu afin de l’optimiser à notre professeur de sciences Jean-Claude Vasseur. Il nous a fait part de son expertise en matière d’écologie et d’énergies et nous à aiguiller sur des changements à apporter au jeu.

SEMAINE 4 ― Recherches

Cette semaine à commencé le Mardi 28 Janvier ou nous avons profité d’une certaine autonomie pour nous réunir en groupe discuter de nos différentes idées. Cette mise en commun nous à permis de nous répartir ensuite des charges de travaille. Nous avons débuté par la conception d’illustrations à apposer sur les cartes innovations. Nous nous sommes répartis un nombre défini de petites illustrations en bichromie (rouge et bleu) et à la ligne clair à réaliser sur l’outil numérique.

Le Jeudi 30 nous avons poursuivi notre travail en discutant et en ajustant dans un premier temps les productions de la séance précédente. Nous nous sommes ensuite réparti de nouvelles tâches visant au bon déroulement de la cession de jeu. Nous avons d’abord défini le nombre d’éléments dont nous allions avoir besoin (cartes, objets etc…). J’ai de mon côté travaillé à la conception en 3D d’un panneau d’affichage des scores du jeu. J’ai par ailleur confectionné des cartes négociations (dont les illustrations ont été retravaillé par Léa) prenant la forme d’homme sandwich.

SEMAINE 5 ― Préparations

La semaine à débuté le Lundi 3 Février, nous nous sommes réunis pour discuter de la répartition des tâches pour le rédaction du mémoire. Nous avons convenu des enquêtes à mettre en place, des cours à restituer et de l’écriture de l’essaie. Nous avons ensuite poursuivi la discussion en approfondissant le sujet de l’enquête. On a donc discuté d’une série de questions à poser à une cible entre 18 et 25 dans le cadre d’un sondage à publier sur les réseau sociaux. Mais aussi de la mise en place d’une session de jeu avec des joueurs de la même tranche d’âge minutieusement observé et questionné tout au long mais aussi avant et après la partie.

Le Mardi 4 nous avons débuté le Wokshop avec Stanislas Rak un designer menuisier. Il nous a introduits aux dispositifs qui nous serviront à la présentation du projet. On a donc été invité à réfléchir à des façon de d’agencer notre espace vis à vis de ces modules en bois de 2,20m sur 2m. En parallèle nous avons du faire de maquettes en carton de nos espaces pour nous rendre compte plus efficacement de l’agencement des espaces.

Jeudi 6 nous avons débuté la fabrications des supports en bois sous les directives de Stanislas. Grâce à une distribution des différentes tâches nous avons pu optimiser la fabrication des modules et les avons donc réalisé un grand nombre en peu de temps. En parallèle nous avons perfectionné nos maquettes et la mise en place de l’espace attribué.

SEMAINE 6·7― Préparations : Vacances Productives

Durant les vacances d’hiver nous avons fait des visio-conférences régulières afin de planifier nos tâches respectives mais aussi nous tenir au courant de nos avancées individuelles. J’ai notamment travaillé à la conception de certaines cartes du jeu. 

SEMAINE 8 ― Jours décisifs

Nous avons débuté cette semaine de travaille le Lundi 24 Février avec la préparation mais aussi l’impression des éléments du jeux retravaillés pendant les vacances. Nous avons donc imprimé et découpé les cartes et panneau constituant le jeu.

Mardi 25 nous nous sommes livrés avec Mathieu Marchal à des exercices d’improvisation dans le but de nous préparer à la médiation de la journée.

Nous avons ensuite préparer plus largement le déroulement exacte de la journée en s’appuyant sur l’emploie du temps en se répartissant nos tâches et nos assignations durant la journée.

Mercredi 26 nous avons finalisé la conception des dernière pièces de jeu tandis de nos camarades ont déplacé les éléments nécessaire à la journée au sel.

 

JEUDI 27 FEVRIER : LE GRAND JOUR

Nous avions rendez-vous au sel sur le coups de 7h15 pour commencer à installer jeu. Pour donner un effet chantier à la journée nous avons achevé la conception du terrain de jeu durant la journée. 

Ayant été désigné comme médiateurs Léa et moi avons préparé notre médiation durant la matinée pour l’après midi de Jeu. Durant le jeu nous avons donc pris à tour de rôle la parole pour guider les joueurs épaulé par M. Marchal tout en ponctuant les phases de jeux de coup de sifflet bien senti.

Une fois le jeu terminé nous avons achevé la journée en rangeant le matériel avec l’aide des 1ère année.

Identité visuelle et atelier tifo

Conception graphique d’éléments de tifo pour la journée de débat-exposition sur l’écologie pour Les Chaudronneries, lieu de recherche, d’action et de développement dédié aux enjeux sociétaux et économiques.

Conception graphique d’éléments de tifo pour la journée de débat-exposition sur l’écologie pour Les Chaudronneries, lieu de recherche, d’action et de développement dédié aux enjeux sociétaux et économiques. 6 systèmes de reconnaissances visuelles ont été demandées pour les groupes de lobbying suivant : chefs d’entreprises, dirigeants politiques, influenceurs indépendants, consommateurs responsables, ingénieurs scientifiques et militants en micro-politique locale. En parallèle, 5 identités graphiques étaient attendues représentant l’énergie solaire, éolien, fossile, musculaire et nucléaire. Un atelier tifo sera organisé le 27 février au SEL de Sèvres pour inviter aux participants de l’événement à défendre leurs couleurs tels de véritables supporters. L’enjeux des identités visuelles des lobbys est de procurer un sentiment d’appartenance à un groupe pour mieux défendre leurs positions et incarner au mieux le rôle qu’ils devront jouer.

Avec la précieuse aide Chloé Delahaye et Mathilde Legrand ainsi qu’à une équipe chargée de l’organisation de l’événement au même titre, les premiers jets furent très variés.

Dans un premier temps, nous avons effectué une documentation précise des différentes identités à travailler. Que signifie chaque lobby ? Par quels moyens peut-on les représenter ? Quelles sont les images qui s’y rapportent ? Pour répondre à ces questions, nous avons dressé un portrait chinois pour chaque identité à travers des croquis, mots, formes, etc.

Différents axes ont émergés de nos recherches telle qu’un logo composé de chimères, d’animaux, de plantes ou encore de couleurs caractéristiques. Ces éléments porteurs de sens nous ont servi de base pour élaborer un vocabulaire graphique pour chacune des identités. Nous avons ensuite effectué différents tests de styles graphiques, à la main, sur PAO, à l’aide de moyens et supports variés.

 

L’application des identités visuelles ont été élaborées de manière cohérente afin que les différents supports de communication soient homogènes et perçus en tant que « famille ». Ainsi nous tenions à réaliser non pas un unique logotype pour les lobbys, mais développer un ensemble d’éléments qui composeraient un vocabulaire graphique propre à chaque famille (identités). Les variations de supports jouent donc un rôle important : nous voulions conserver une identité visuelle comme une sorte de boîte à outil dont l’assemblage des composantes peut varier selon les différentes applications (drapeaux, affiches, pancartes, brassards, supports scénographiques…).

Le défi du design participatif nous réduisit à imaginer un langage facilement reproductible par l’intermédiaire d’outils précis. Tampons, pochoirs ou encore scotch et stickers, autant de moyens que nous ne devions pas négliger dans le sens de nos conceptions.

La troisième semaine arrivée, nous avons retenu une des hypothèses parmi de multiples essais. L’image de l’événement-débat du 27 février sera de l’ordre du participatif, du fait main et de la spontanéité. C’est pourquoi l’identité visuelle des groupes de lobby et des énergies se devait d’être réalisé à partir de moyens simples, bruts et décoratifs comme le scotch. Des formes géométriques, des pictogrammes monochromes, et un aspect brut, tel sera le partie prit de nos conceptions graphiques.

 

Les jours se rapprochent de la date finale, les éléments d’identité visuelles prennent formes et se concrétisent sur des supports. Afin que les équipes de lobbying soient reconnaissables, chaque participant aura un badge où figure son logo. Un drapeau affichera également le logo ainsi que le nom de l’équipe. Enfin, une banderole par lobbying sera à disposition des participants afin qu’ils y inscrivent le slogan de leur choix en respectant la typographie imaginée pour l’événement. Des stickers seront réalisés pour inviter les participants à les collés où bon leur semble, à la manière de manifestants ou des publicitaires. Deux couleurs ont été choisis pour l’occasion : un bleu roi et un rouge cerise.

Logotypes des groupes de lobbying :

 

 

Pictogrammes des lobbying sur stickers :

 

 

Pictogrammes des énergies mis en jeu dans le débat et présents dans l’espace exposition également :

 

En parallèle de la réalisation des visuelles, nous avons suivi un workshop avec Stanislas Rak, design et menuisier. L’occasion pour notre équipe de se former à la scénographie, la muséographie ainsi qu’à la réalisation de dispositifs en bois pour l’exposition le jour de l’événement. Nous avons donc brandit nos scies et visseuses et construit ensemble plus d’une dizaine de cadres en bois de 2 mètres de haut.

Jour J, jeudi 28 février

Dans un premier temps, les participants se sont munis de leur badge à logo sans savoir de quel rôle il s’agissait le temps qu’ils s’imprègnent de polémiques sur les énergies à l’espace d’exposition. Cinq énergies (solaire, éolienne, fossile, musculaire et nucléaire) étaient séparées sur les dispositifs en bois et identifiées par nos pictogrammes.

Ensuite, les participants se sont mis en groupe de lobby, empruntant le temps d’une journée un des rôles proposés par le grand jeu-débat. Répartis en cinq pôles, les lobbys étaient en possession de documents d’informations séparés en trois catégories : mobilité, habitation et alimentation. Trois minis drapeaux se dressaient sur la table pour indiquer la catégorie correspondant à la pile de documents. Les informations utiles aux joueurs furent écrit sur des post-it de couleur puis mis en commun sur un panneau de nouveau séparé en mêmes catégories.

Chaque groupe était accompagné par un médiateur et un « expert » pour aider chacun d’entre eux à prendre la parole et à expliquer en détail les défis et enjeux de la journée.

Après avoir trouvé des arguments et des contre-arguments pour défendre les idées chaque lobby, un atelier tifologie a pris le relais. Une banderole préalablement imprimée d’un logo a servi de support pour écrire un slogan évocateur de la pensée et les idées à défendre du groupe en question.

Les participants ont joué le jeu et ont chanté leur slogan en brandissant leur drapeau et leur banderole devant tout le monde réuni. Place ensuite au débat où les groupes ont été munis d’un carnet de post-it répertoriant les informations sélectionnées lors de la documentation. Le jeu-débat a pu commencé…

Chloé Delahaye

SEMAINE 1

Lundi 6/01: Présentation des enjeux du sujet et pratiques de design social

La résidence des Chaudronneries de Montreuil nous commande la conception graphique d’éléments de tifo pour la journée de débat-exposition sur l’écologie qui se tiendra le 27 février au SEL de Sèvres. Il nous est demandé de prendre en charge la réalisation des systèmes d’identification des groupes de lobbying (chef d’entreprise, dirigeants politiques, influenceurs indépendants, consommateurs responsable, ingénieurs scientifique, militant en microlitique locale). Notre  groupe a pour but de concevoir les identités visuelles de la journées, comprenant les lobbying cité au dessus, ainsi que concevoir un atelier tifologie dans lequel les étudiants déclinerons ces identités d’appartenances sous different supports.

Mardi 7/01: Brief avec Mathieu Marchal, le régisseur et commanditaire de l’événement. Visite du SEL et exercice de médiation.

Mathieu Marchal, l’accompagnateur du projet est venu nous rendre visite afin de nous en apprendre plus sur la médiation par le design. La situation de groupe: sensible d’individus indépendants/ différents/ à pratiques différentes qui possèdent des connaissances singulières. Dans une situation de groupe: veiller a ce que la paroles de chacun ne soit jamais mise de coté

-> pas de paroles en l’air

-> toute parole dite est écrite

Chaque personne dans la situation de groupe, sont groupés mais appartiennent aussi à d’autres groupes. Le travail de médiateur par rapport au projet permet de:

-> faciliter la parole

-> accompagner la réflexion (questions/ suggestions)

-> illustrer la parole

-> formaliser les règles et les énoncer

-> présence physique

-> nommer les personnes

-> mimer / montrer (ne pas rester a distance)

Jeudi 9/01: Test de dispositifs de médiation avec le commanditaire et Belugames, éditeur de jeux sérieux.

Une intervenante de Belugames, maison d’édition de jeux sérieux, nous a fait essayer des jeux sérieux conçu par Belugames. Les jeux sérieux sont des jeux comportant une activité « sérieuse » de type pédagogique, informative, marketing, avec des ressort ludiques.

SEMAINE 2

Mardi 14/01: Workshop avec l’association Imhotep, concevoir des messages santé pour des personas.

Intervention des membres d’Imhotep, collectif qui travaille sur la petite enfance a travers l’éducation, la santé, la recherche et le design qui permet de créer du lien entre théorie et pratique. Nous avons pratiqué de la vulgarisation de contenus scientifique en lien avec une mini conférence qui nous à été fait concernant la petite enfance.

L’après-midi, nous avons effectué un travail de retranscription graphique de messages. Le but était de transmettre des messages de santé liés à la petite enfance, au grand public, grâce au design.

Jeudi 16/01: recherche individuelles d’hypothèse divergente sur feuille A1.

Recherche de visuels afin de caractériser chaque groupe de lobby. Traduction des identités de chacun des groupes. Comment représenter tel ou tel lobby?

Essaie de représentation des lobbys à travers:

-> Les chimères

-> Un animal

Créations de visuels pour les energies (nucléaire, pétrolière, éolien, solaire, musculaire), recherche d’un langage commun.

SEMAINE 3

Lundi 20/01: compte-rendu du débat

Participation à un débat animé par le groupe 3 s’occupant de l’organisation du jeu pour la journée de débat-exposition. Le débat tournait autour des questions que chaque élèves se posaient concernant la journée du 27 février.

Mardi 21/01 et jeudi 23/01: déclinaison des idées choisis. 

Choix de représentation des lobby à travers les animaux et ce qu’ils peuvent signifier.

-> Chef d’entreprise = loup

-> Dirigeant politique = lion

-> Scientifique = singe

-> Influencer indépendant = flamant rose

-> Militant en micro-politique locale = cheval

-> Consommateurs responsables = panda ou ours

Déclinaison des langages choisis pour représenter les énergies: en ligne claire? en négatif sur fond d’une couleur? d’un dégradé? sur un blason de forme circulaire? abstraite? Différentes représentations avec l’utilisation de logiciels PAO.

SEMAINE 4

Mardi 28/01: Mise en scène et déclinaison de ces identités sur différents supports.

Choix d’un style graphique pour énergies et lobby: représentation au scotch pour inscrire les identités dans le design social, effet rapide mais élaboré.

JEUDI 30/01: QUESTIONNEMENT SUR LES SUPPORTS DE PRÉSENTATION.

Choix des support de présentation des lobby et des support pour l’atelier tifoligie. Choix des outils à mettre a disposition pour la conception de tifo.

Nous avons décidé d’installer les six table de lobby de manière a toute les retrouver près d’un mur, ainsi, au dessus de chaque espaces de documentation, on retrouverait trois affiches au mur concernant les trois thème étudiée permettant d’écrire des mots clés important.

-> alimentation

-> habitat

-> mobilité

Grâce à cela, les trois pôles d’information sur chaque lobby seront règlementés: ils ne prendront pas plus de temps sur l’un que l’autre et pourront ainsi être organisé dans leur documentation.

Pour l’atelier tifologie, des banderoles seront mise a disposition, sur lesquelles des inscription au scotch, au tampon ou encore au stickers pourront être disposés. Un langage pour chaque lobby, et des représentations pour les énergies ont été choisis afin d’être déclinés sous la forme de stickers et d’autre sous celle de tampon. Mis a disposition des élèves, ils pourront personnaliser et afficher clairement lors du débat leurs convictions et ce qu’ils défendent.

SEMAINE 5

MARDI 04/02 ET JEUDI 06/02: INTERVENTION DE MENUISERIE AVEC STANISLAS RAK

Stanislas Rak, designer et menuisier avec une formation d’art graphique nous a rendu visite pour un atelier menuiserie. Nous avons tout d’abord assisté à une présentation puis conçu une maquette pour notre exposition de la journée des portes ouvertes prévu le samedi 29 février. Le jeudi nous avons pris possession des matériaux pour créer des tasseaux à utiliser pour cette journée des JPO ainsi que pour la journée d’exposition-débat.

Mathilde Legrand

Ce projet est une commande de la résidence Les Chaudronneries ayant pour objectif la réalisation et l’aménagement d’une exposition sur les énergies débouchant à un débat où seront argumentées les innovations en jeu. L’exposition est divisée en quatre temps permettant de construire ses arguments afin de prendre position dans l’affrontement. Afin de mieux comprendre l’événement seront affichés différents numéros du journal annonciateur de la rencontre. 

Le premier temps de l’exposition permettra aux participants de prendre connaissance des 5 énergies (nucléaire, pétrole, éolien, solaire, musculaire) et de comprendre leurs enjeux respectifs. La première idée était que pour s’éloigner du dispositif informatif traditionnel, les informations soient présentées sur des tentures suspendues aux murs. Cela permettrait également de séparer l’espace informatif du reste de la salle afin de ne pas distraire le participant en en divulguant. Pour que les étudiants ne soient pas passifs pendant l’acquisition des connaissances, il serait intéressant de penser à un dispositif participatif. 

Le deuxième espace est dédié à la prise de position des spectateurs qui se fait grâce à la documentation. L’aménagement de la salle prévoie une table par groupe de lobbying exposant un ensemble de documents. Pendant cette phase de préparation au débat, les participants se verront attribuer des accessoires de reconnaissance par lobbying (chef d’entreprise, dirigeants politiques, influencer-indépendants, consommateur responsable, ingénieur scientifique, militant en micropolitique locale) afin de les identifier mais aussi de renforcer le sentiment d’appartenance. 

Ces espaces ont pour but d’aider les participants à constituer des arguments en se basant sur une documentation mise à leur disposition mais aussi en s’appuyant sur l’aide d’un expert. La mise en place d’un environnement favorable à l’entrée des spectateurs dans leur rôle de lobby ne repose pas seulement sur une mise à disposition de l’information : la médiation le jour de l’événement est aussi un facteur très important. 

Tous les espaces qui constituent l’exposition ainsi que sa médiation permettent donc d’administrer aux étudiants des idées, des éléments de langage ou encore l’attitude d’un personnage fictif qui s’inscrit dans un milieu particulier. Grâce à ces outils, ils seront capables de justifier les innovations qu’ils exposeront pendant le débat. L’échange se fera sous forme d’un jeu favorisant la réflexion à l’aide d’une mise en scène ludique et interactive. Au sortir de la délibération, les participants ressortiront une idée clé qu’ils formuleront sous forme de slogan avant de le retranscrire sur une bannière. 

Lundi 6 janvier – Présentation des enjeux du sujets et des pratiques de design social 

Pour démarrer le projet, il était nécessaire de reconsidérer les différents enjeux du sujet collectivement pour qu’il y ait une concordance dans l’intention finale. Cet échange s’est succédé d’un développement sur les pratiques du design social qui nous a permis de repenser les moyens de médiations et le plan d’animation et de suivi de la phase lobbying. L’étude de ces pratiques nous a permis de revoir nos rapports à la co-conception qui ont de nouveau été révisé avec l’intervention du régisseur et commanditaire de l’exposition Matthieu Marchal sur sa conception des situations collectives. 

En tant que régisseur et commanditaire de l’événement, Matthieu Marchal nous a sensibilisés au comportement à adopter lors d’une situation collective. Une situation collective productive réunie des personnes dans un but précis : celui d’atteindre, à l’aide de moyens, un objectif fixé dans l’attente de résultats. Les intérêts peuvent diverger mais la finalité reste la même. Au-delà d’un groupe sont rassemblés des individus partageant des centres d’intérêt différent et des affinités variables. Pour réussir à faire communiquer des personnes aux aptitudes hétéroclites, il faut faciliter la parole par un certain nombre de dispositifs. 

Le choix et la gestion du lieu sont des facteurs très importants. L’endroit choisi répond soit à l’objectif (en affectant les participants), soit aux moyens (ressources disponibles). En sortant les personnes de leur zone de travail, par exemple le lycée pour les étudiants, elles sortent aussi de leur zone de confort, et sont en terrain neutre pour appréhender le débat. C’est pour cette raison qu’en se rendant au Sel, lieu qui accueillera l’exposition, il n’a pas seulement fallu y faire une observation technique mais aussi sensible. 

Mardi 14 janvier – Workshop avec l’association Imhotep afin de concevoir des messages santé pour des personas 

Ce workshop nous a permis de travailler la facilitation graphique sur le sujet de la petite enfance. 

Jeudi 16 janvier – Recherches individuelles d’hypothèses divergentes 

Nous sommes en charge de donner une image et des couleurs à ses prises de positions lors du débat sur les énergies en confectionnant une identité visuelle forte pour chaque lobby (équipe) avec une tonalité engagée. Ce système graphique pourra être décliné sur différents supports « tifo » (t-shirt, fanion, écharpes). Cette phase de l’exposition aura pour but d’aider les participants à prendre position et à aiguiser leurs arguments. Cela passera aussi par leur entrée dans le rôle de lobby à l’aide d’accessoire (type stickers) renforçant là le sentiment d’appartenance à un groupe. Les équipes seront divisées par groupes de lobbying et non par groupes d’énergie, il faut donc penser les systèmes de reconnaissance autour de cet aspect. Au terme du jeu, des slogans défendants une idée essentielle retenue pendant le débat seront inscrits par chaque groupe sur des bannières respectives. 

Premier développement autour de la personnification des lobbys + Créations de visuels pour les energies (nucléaire, pétrolière, éolien, solaire, musculaire).

 

 

Lundi 20 – Débat 

La commande d’exposition autour des énergies à été soumise au débat afin de tester différents mode de médiation. Pour ce faire nous avons mis en application les techniques de Matthieu Marchal, porteur du projet, pour déterminer quelle méthode d’animation adopter lors de la confrontation des différents lobbys dans le jeu de ressource. Ces méthodes sont basées sur une observation rigoureuse de situation collective qui a permis d’établir un certain nombre de facteur de productivité à adopter.  

Mardi 21 et jeudi 23 – Déclinaisons des identités choisies 

Choix d’animaux en fonction des lobbys : singe (scientifique), flamant rose ou lapin (influenceur indépendant), lion (dirigeant politique), loup (chef d’entreprise), cheval (militant en micro-politique local), panda ou ours (consommateurs responsables).

Déclinaison des langages des énergies (ligne claire, négatif sur fond d’une couleur, sur un blason de forme circulaire, formes abstraites).

Mardi 28 et jeudi 30 – Mise en scène et déclinaison de ces identités sur différents supports et questionnement sur ces supports et leurs formes

 

Anne-béatrice+cléo+karine

Première semaine de travail sur le projet de médiation “Ec(h)o”.

Par Anne-Béatrice

Matthieu Marchal, directeur des chaudronneries, qui nous a été d’une aide précieuse, nous guidant par des exercices de médiation, et d’animation d’atelier. Dans un esprit de « design thinking », nous avons effectué une réflexion approfondie sur notre sujet et ses enjeux, puis les dispositifs à réaliser en fonction de ces contraintes. Avec une meilleure compréhension du sujet, nous avons donc pu ensuite, passer à des propositions plus concrètes.

Nous avons également pu rencontrer Isabelle, membre de Belugames, éditeur de serious Games, qui nous a fait découvrir quelques uns de leurs jeux, menés à des fins de cohésion d’entreprise, de prise de parole chez les adolescents etc…

Notre rôle au sein de l’atelier sera d’informer les étudiants à leur arrivée et de définir une scénographie plus globale de l’espace. Nos premières idées consistent à changer la forme traditionnelle du panneau didactique, en l’accrochant telle une grande teinture. Cela permettrait également de séparer notre espace du reste de la salle, afin d’éviter que les étudiants n’aient pas déjà le regard attiré par le foisonnement des autres propositions d’activité qui vont suivre.

De plus, nous souhaiterions que les étudiants ne soient pas passifs lors de leur lecture, ainsi un dispositif participatif est à imaginer. Des mots clés retenus à noter sur chaque énergie pour en reconstituer un grand panneau ? Ou des espaces à compléter ? Un quizz ?
A suivre…

Projet de médiation pour le projet “Echo”

Par Cléo Passeron

Première Semaine

Rencontre avec Sébastien Marchall, qui vient des Chaudronnerie à Montreuil pour nous exposer sa demande. Nous avons approfondi notre réflexion grâce à ses interventions. Nous avons par exemple appris à faire gagner un débat en richesse et en efficacité. Notre rôle de groupe est donc de s’occuper de la scénographie de l’espace de débat, ainsi que d’organiser le premier pôle, celui qui permettra aux participants de s’informer sur le sujet dont ils vont parler et débattre : les énergies. Notre partie sera donc composée de 5 panneaux présentant chacun une énergie (fossile, nucléaire, éolien, solaire, musculaire) sur lesquelles on pourra s’informer.

Nous avons aussi rencontré une intervenante de la société de jeux Belugames, qui conçoit des serious games à destination des entreprises comme du grand public. Notre cohésion de groupe, sens de l’écoute et organisation ont été mises à l’épreuve. L’importance du domaine ludique dans le travail nous a été prouvé. Par le même temps, nous avons également testé pour la première fois l’atelier principal du débat : un jeu poussant différents lobbies à débattre sur les énergies. Nous avons pu analyser ses défauts pour que le pôle médiation du jeu y remédie.

 

Lancement du projet de médiation Ec(h)o

Par Karine PHAM VAN AI

Notre groupe est en charge de l’espace « S’informer » aussi appelé « Exposition » dans lequel devra figurer des textes décrivant de manière objective les 5 énergies (fossile, nucléaire, solaire, musculaire et éolienne), des visuels les représentant, les questions polémiques autour de ces énergies et enfin des profils/phrases d’acteurs de la controverse.

Cette première semaine s’illustre par les interventions de Matthieu Marchal (commanditaire), qui nous explique son projet, son idée et qui approfondit avec nous son concept de situation collective. Cette démarche de « design thinking » nous a permis de minimiser les imprévus lors de l’évènement, de définir une structure de la journée et de commencer à affiner notre identité graphique future. Nous visitons aussi le SEL pour se rendre compte de l’ampleur de l’espace et visualiser la scénographie.

Puis nous avons rencontré Isabelle faisant parti de Belugames, éditeur de jeux sérieux, qui nous a fait jouer et fait comprendre comment véhiculer un message, une réflexion à travers des jeux souvent coopératifs.

En parallèle, le groupe d’édition de la classe commence par retranscrire chaque intervention et situation de classe grâce à de la facilitation graphique.

Nous lançons des premières ébauches possibles pour notre pôle, on se mets d’accord sur un panneau permettant une lecture active voire participative. Après des recherches, nous retenons l’idée de présentation sur plusieurs surfaces/panneaux et qui seront vu sous différent angles par le lecteur. Des panneaux à dérouler? Un texte à reconstituer? Des éléments à coller? Ne présenter que des mots clés?

Deuxième semaine

 

Le mardi 14 Janvier, nous avons pu rencontrer Marion Voillot du collectif Premiers Cris, accompagné de Pauline Martino de l’association Imhotep mais aussi Ana Phelippeau, qui est psychomotricienne. Association très enrichissante pour travailler sur la vulgarisation de l’information, les dispositifs pour véhiculer les messages de santé, et les besoins de la petite enfance en matière de supports de diffusion d’informations. Lors de la présentation de ces différents membres, de leurs rôles et parcours, nous avons pu prendre note en facilitation graphique, notamment, sur le développement de l’enfant et sa croissance. Cela nous a permis de travailler cette prise de note graphique, de schématiser rapidement et ne retenir que l’essentiel afin d’être plus efficace également dans l’exercice qui a suivi:  réaliser des affiches didactiques exposant un message de santé particulier.

Jeudi 16: revenons à la scénographie et la réalisation de notre pôle documentation. Nous avons pu réfléchir davantage à des persona, des personnages types associés aux différents lobbys (chefs d’entreprise, militants, consom’acteurs, start-upers, pouvoirs publics et ingénieurs).

L’objectif étant de pouvoir ensuite sélectionner les meilleurs témoignages à exposer sur nos panneaux descriptifs des énergies, mais également de rendre compte des opinions divergentes des lobbys et permettre aux futurs équipes de jeu de mieux comprendre leurs partis pris à défendre.

Pour cela nous avons dressé des portraits quelques peu caricaturales d’un personnage type, avec non seulement son point de vue possible sur les énergies mais aussi, lieux fréquentés, accessoires ou représentation visuelle, rapport au numérique et autres applications mobiles (ce qui peut davantage parler au jeune public de DNMADe 1, qui participera au jeu) etc…

A la fin de la journée, un débat entre les groupes nous a également fait choisir une identité de badge pour différencier les différetes équipes. Celui distribué lors de notre atelier sera uniquement un blason coloré, pour créer 6 équipes et les inviter à se disperser en pôles selon les énergies et qu’ils ne soient pas tous sur le même panneau à la fois. Par la suite ils obtiendront un complément de blason par l’équipe 2, avec un animal illustré les attribuant à un lobby spécifique.

Deuxième semaine

Rencontre avec 3 femmes travaillant en relation avec le domaine de la petite enfance. Nous avons ainsi appris à vulgariser les informations reçues, à rendre accessible à tout public un message d’experts au départ compliqué. Puis illustrations sur des affiches de messages afin de les rendre impactant pour interpeller le public sur des domaines liés à la petite enfance et l’éducation.

Puis élaboration d’une identité graphique pour chaque représentant de lobby (ingénieurs, militants, entrepreneurs, consommateurs, influenceurs, pouvoirs publics) donnant son avis sur les énergies. L’illustration a permit de personnifier chaque lobby afin de rendre plus clair aux participants les différents acteurs interagissant. Il a donc fallu rechercher pour chaque lobby six personnes existant vraiment représentatives du secteur et les représenter.

 

Premières recherches

Cette seconde semaine de travail débute avec la rencontre de Marion Vaillant du collectif Premier Cris qui propose une thèse autour de l’éducation avec le numérique, Pauline Martino fondatrice de l’association Imhotep travaillant notamment sur la motricité des enfants en bas âge et Ana Philippe, psychomotricienne. Nous travaillons avec elles sur la facilitation graphique, la vulgarisation d’une image ou d’une situation afin de faire passer un message précis efficacement. L’objectif a été de savoir quoi retenir pour notre « affiche publicitaire » et comment le simplifier selon la cible.

Nous continuons donc nos recherches pour le pôle « informations ». Le projet et ses enjeux s’éclaircissent peu à peu. Nos objectifs se concrétisent.

Il nous faut trouver un moyen de présenter l’entièreté du contenu demandé de manière lisible, hiérarchisé et de manière tout à fait scientifique. Nous avons décidé de faire de ce premier atelier de la journée un atelier participatif en privilégiant une lecture active afin que les participants gardent une trace de de ce qu’ils ont lus.

Nous avons donc consacré une séance à la recherche d’hypothèses divergentes de scénographie et d’installation. La question de l’espace disponible dans la rotonde du SEL étant récurrente, il a été difficile d’envisager une scénographie globale. Surtout quand l’ensemble des éléments présents durant cette journée ne sont pas encore déterminés. Nous pensons créer une signalétique au sol afin de délimiter chaque pôle et peut-être définir un parcours.

D’un autre côté, nous nous sommes penchés sur l’identité des personas. C’est-à-dire un portrait illustré type représentant un lobby (consommateurs, entreprises, militants, pouvoirs publics, start up/influençeurs, ingénieurs) qui s’exprime sur les différentes énergies et auquel les participants pourront s’identifier. Cela permet de préciser le rôle de chaque lobby, autant pour nous médiateurs que pour les participants du jeu.

  

Afin d’avancer, nous avons proposés toutes nos idées graphiquement et elles ont été soumises au débat et sélectionnées par vote. Les installations de l’espace « S’informer » seront alors présentés sous forme de panneaux à multiples faces sur des structures/cadres en bois.

 

Nous avons aussi établi une « échelle » selon les profils et avis des 6 lobbys:

Troisième semaine

Passons davantage au concret, par la réalisation de maquette miniature pour formaliser des propositions de formes de panneaux didactiques.

Nous avons pu visualiser la structure modulable qui sera construite la semaine prochaine en workshop menuiserie et qui constituera la base de notre installation.

Concernant la forme du panneau explicatif, hypothèse d’un panneau déroulant, d’un grand format papier (environ 2.5m de long) disposer sur une tringle dans cette base en tasseaux de bois.

Il présentera, le texte explicatif sur les énergies, avec les différents points de vue lobbyistes.

En regard à cette première partie, un panneau collaboratif sera proposé. La question polémique sera posée en grand sur un panneau de carton suspendu à la structure de bois et chaque participant pourra donner son opinion personnel, avant de rentrer dans un rôle attribué à l’atelier 2. Le dispositif expose un vote oui/non, en disposant des gommettes, post-it ou autres supports dans la colonne correspondant à la réponse.

Les deux panneaux s’articuleront en angle, afin de présenter une lecture plus immersive.

Chaque pôle de présentation de l’énergie sera distingué par un grand tasseau et le pictogramme adapté, réalisé par l’équipe des tifos, qui sont explicites et visibles de loin.

La scénographie globale de l’espace a commencé à être réfléchie également mais il nous manque quelques informations sur les différents ateliers afin de déterminer un plan définitif. Mais la signalétique se fera par du scotch au sol pour distinguer les différentes zones d’atelier.

 

 

Troisième semaine

Travail de recherche et réalisation de maquettes de panneaux pour savoir quelle forme prendront ceux-ci. Les panneaux sont les supports en bois qui maintiendront les affiches sur les énergies. Comment les représenter dans l’espace, quelles formes peuvent-ils prendre ? Nous avons testé différentes hypothèses avant d’apprendre quelle forme vont

obligatoirement prendre les panneaux que nous allons nous-mêmes construire avec des tasseaux. Nous nous sommes décidées sur une forme de rouleau pour cacher et révéler à sa guise la présentation de l’énergie, impliquant ainsi les participants dans leur lecture. Le rouleau fera une longueur de 2,50 mètres environ et la partie lisible s’étendra sur 1,20 mètres. Il faudra pour cela intégrer une barre au panneau afin d’enrouler l’affiche autour. Cette partie de panneau présentant l’énergie sera accompagnée d’une deuxième partie, constituée d’un panneau rigide de carton sur lequel sera inscris une question polémique concernant l’énergie. Les participants pourront voter pour quelle réponse ils choisissent de donner, avec un système de gomettes à placer sous « oui » ou sous « non » ou bien des post-its à coller sur lesquels ils auront inscris leur réponse. Ceci permettra d’ impliquer vraiment les participants dans leur lecture, qui ne sera pas passive. Ce moyen de participation, d’expression réelle de leur avis avant d’enfiler des rôles pour débattre servira sûrement à les intéresser plus au sujet étudié.

En parallèle, premiers essais de mises en pages.

 

 

Propositions

Nous nous lançons alors dans la réalisation concrète. Nous faisons croquis et maquettes de nos panneaux pour chaque énergi incluant la partie participative.
Nous proposons plusieurs axes:
– une présentation muséale
– une présentation théâtrale, c’est-à-dire avec une idée de décors
– et finalement le panneau que l’on a choisi avec une présentation permettant une participation plus active de la part du lecteur. Le texte de l’énergie et les avis se présenterons sur une feuille à dérouler à la main, il sera tenu grâce à une tringle. La question polémique sera écrite sur une autre surface et les lecteurs pourront directement y répondre grâce à des vignettes/gommettes à coller dans la section voulue. En effet, la question a été retravaillée afin qu’on puisse y répondre que par oui ou non. Si la question est ouverte, il y a possible de disposer de post-it pour y écrire son avis. Ils pourront ainsi se forger leur propre opinion personnelle avant d’entrer dans leur rôle de lobby et d’en garder une trace.

      

Pour se rendre compte de l’ampleur des structures en bois, nous mesurons les tasseaux en bois. Ils font presque 2,5m de longueur. Nous réfléchissons à la longueur des panneaux qui n’iront pas jusqu’au sol pour éviter la difficulté de lecture.

De plus, pour garder la famille graphique mise au point par le groupe de tifos, nous décidons de garder leurs pictogrammes et de les placer en hauteur au dessus des panneaux pour les différencier de loin.

Quatrième semaine

Nous sommes passées à l’élaboration de maquettes PAO pour la mise en page des panneaux. Après réflexion, l’iconographie s’oriente davantage vers les schémas explicatifs et de l’illustration mais pas de photographies. Les illustrations seront reprises des dessins réalisés par le groupe tifo.

La typographie du titre a été réalisé à l’aide d’un gros marqueur, inspiré d’un lettrage réalisé avec du  scotch, c’est à dire en bâtons. Scannée puis recolorée: elle indiquera le nom de l’énergie en haut du panneau.

Une fois ces choix graphiques effectués, chacun a désormais son rôle: Cléo crée des visuels de lobbyistes pour illustrer les témoignages, Karine s’occupe de la mise en page, tandis que je m’attelle aux schémas.

Quatrième semaine

Connaissant dorénavant la taille qu’auront les affiches à dérouler, qui dépendait de la taille du panneau de bois servant de support derrière, nous avons pu passer à la réalisation en PAO de mises en pages de ces affiches. Parmi les différentes propositions que nous avons réalisé, nous avons choisi celle qui nous paraissait la plus efficace, la plus lisible de loin comme de près, et nous l’avons amélioré. Notre identité graphique est donc composée finalement d’une grosse typographie imitant l’aspect du scotch pour le titre, avec des lettres capitales afin de garder un aspect social, expérimental, accessible à tous. Il y a également des schémas explicatifs comme iconographie, réalisés toujours en suivant cette esthétique scotch, rectiligne ; une illustration pour chaque acteur avec son avis inscris entre des guillemets de taille disproportionnée, ainsi que certaines parties du textes mises en valeur grâce à une taille de corps plus gros et un emplacement à part du reste du texte. Enfin, des symboles représentant l’énergie concernée en fond. Nous avons repris ceux réalisés par le groupe des tifos, afin de ne pas changer d’identité graphique entre ateliers et de ne pas perdre les lecteurs, bien que nous les ayons un peu reformulé pour qu’ils s’intègrent au cadre. Pour cette même raison, nous avons repris la bichromie en bleu et rouge du groupe des éditions.

Afin de ne pas perdre de temps, nous nous sommes réparties les taches: l’une s’occupait de faire les schémas et de recoloriser les lettrages du titre pendant que la deuxième réalisait la mise en page de chaque énergie en suivant les codes adopté plus tôt, et que la troisième réalisait les illustrations des acteurs en testant plusieurs styles différents.

Réalisations concrètes

Cette semaine s’est fait en accord et échanges continus avec les autres groupes didactiques et édition.

Nous devions d’abord de choisir la typographie. Nous partons donc vers une esthétique « scotch » c’est-à-dire  faite au scotch et avec des lettres capitals. Faute d’avoir un scotch assez épais, nous avons réalisé l’alphabet au gros marqueur pour se rapprocher de l’effet scotch. La typo sera réinvestit pour les titrages de nos panneaux.

      

Puis, nous nous sommes lancer dans la réalisation des maquettes PAO. Il a fallu réfléchir à la pertinence du contenu, les choix des iconographies présentes et faire le choix des avis des différents acteurs. Pour respecter l’esthétique des titrages et les autres groupes didactiques, nous avons choisi d’intégrer des schémas fait au scotch ainsi que de rester en bichromie (rouge et bleu, choisi par le groupe des édition). Nous reprenons notamment le langage graphique du groupe tifo qui a réaliser toute une famille graphique pour chaque énergie.

Afin d’avancer plus vite, nous nous répartissons alors le travail: l’une s’occupe de faire de multiples propositions de mise en page, la seconde s’occupe de redessiner les schémas et la dernière crée des portraits illustrés pour chaque avis des lobbys. Nous faisons souvent des « réunion » de groupe pour se mettre d’accord sur les choix graphiques ou pour régler les éventuels blocages.

Cinquième semaine

Semaine menuiserie !

Élaboration et maquettage de stand de présentation de nos projets pour les JPO.

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi: réalisation des structures en bois modulaires. Impression d’un test de notre kakemo  no pour visualiser sa disposition sur la structure.

 

 

 

 

Cinquième semaine

La dernière semaine a été dédiée à la construction des panneaux de bois servant de supports pour les affiches-rouleaux informatifs. Grace à un workshop avec le designer, scénographe et menuisier Stanislas Rak, nous avons appris à ajuster et assembler des tasseaux de bois afin de créer de grands panneaux ( 2 mètres sur 2 mètres 50) d’affichage modulables et donc réutilisables. Par équipes, nous nous sommes répartis le travail afin d’aller plus vite. Le travail était manuel: il fallait prendre, mesurer, scier en tenant bien le tasseau, puis le rapporter. Une fois tous les morceaux coupés à la bonne taille, nous sommes passés à l’étape suivante, où nous devions visser, percer, assembler. Le matériel présent nous a bien été utile ( perceuses, visseuses, vis, gants, scies…). Cet atelier a été une bonne expérience en équipe.

  
Finalement, nous avons testé la scénographie des différents panneaux, avant de voir l’effet final avec un prototype d’ affiche imprimé et disposé dessus, afin de nous rendre compte de la disposition des éléments à échelle réelle. Nous avons pu constater que pour tenir, les panneaux devront être obligatoirement installés deux par deux, formant des angles droits.

Workshop scénographie et menuiserie

Cette semaine était dédié à l’intervention de Stanislas Rak, menuisier, ébéniste, scénographe et designer. Il nous apprends la notion des contenus (qui les défini? comment?) et de leur transmission (comment? par quels dispositifs? par qui?). Nous travaillons donc les dispositifs de médiation avec lui.

Après avoir discuter de son travail, nous engageons une discussion avec lui sur les dispositifs à mettre en place avec les structures en bois que nous allions construire avec lui. Proposer, étudier les différentes possibilités.

La journée du jeudi a été entièrement consacrée à l’atelier menuiserie, donc la constructions de cimaises en bois d’environ 2m de hauteur et de largeur. C’était un travail de groupe afin d’en construire le plus possible. Cela nous a permis de nous rendre compte de la taille de la structure en bois, beaucoup plus grande que l’on pensait. Ces cimaises seront réinvestit pour les portes ouvertes également.

Mon groupe de didactique s’est rassemblé pour se mettre d’accord sur la mise en place des éléments sur les cadres en bois, ainsi que la scénographie des 5 panneaux d’énergies. Pour cela nous avons fait un tiré un BAT de longueur 2,5 pour voir l’effet en vrai.